L'Interview Timbrée - 42 - Pierre Poux

Gainsbourg qui citait Rousseau disait “Le masque tombe, l'homme reste, et le héros s'évanouit.”. Ça tombe bien parce que de masque il est beaucoup question dans le travail de Pierre Poux, barbu illustrateur (ou l’inverse). De Gainsbourg aussi il est question dans cette interview Timbrée. Ça donne au moins deux bonnes raisons de se pencher d’un peu plus près sur le travail du nantais.

la série Hoplites de Pierre Poux

Ton “adresse” (fictive ou réelle) telle que tu aimerais la lire au dos d’une carte postale ?

Pierre Poux
The big house with the big garden on Brick Lane
London E1 6RF, UK

En vacances, pour donner des nouvelles à tes proches, t’es plutôt du genre à envoyer une carte postale ou un MMS (oui nous sommes vieux et on dit encore MMS) ?

Je suis plutôt du genre à vouloir envoyer une carte postale bien kitsch, puis à oublier, à m’en rappeler le dernier jour des vacances, trouver des cartes à l’arrache, les écrire, oublier de les poster, me dire que je les donnerai en main propre, les ranger en attendant, les égarer et les retrouver des années plus tard lors des déménagements. Du coup on va dire qu’en pratique je suis plutôt MMS et très tête en l’air !

 

 

Hoplites 01 / 03

 

Te souviens-tu d'un courrier ou d'une carte postale qui a marqué ta vie ?

Alors non, mais par contre un coup de téléphone oui (on peut dire que c’est un peu comme une carte postale parlée, sans image et éphémère … donc pas du tout une carte postale mais ça va le faire) ! C’était en septembre 2013, à 9h du matin (à peu près), la directrice d’Olivier de Serres* qui m’appelle pour me dire que je suis accepté en MANAA et que mon premier cours commence dans 20 min. Le premier jour du reste de ma vie ! 

*Olivier de Serres est une École nationale supérieure
des arts appliqués et des métiers d'art située à Paris

 

Tu utilise beaucoup la symbolique du masque dans ton travail, d’où te viens cette fascination pour le caché, pour le double ?

En effet, dans mes premiers dessins j’ai beaucoup utilisé le masque comme fil conducteur dans mon travail. Je trouvais ça intéressant de créer un personnage qui n’avait pour seul identité ses yeux ronds et ce sourire qu’il soit féminin ou masculin. Selon les situations dans lesquelles je les mettais en scène cette même expressions pouvait renforcer le côté comique de l’illustration ou bien rendre cette dernière un peu « creepy » si le sujet était plus sombre.

Mais après avoir pris un peu de recul je pense que le masque reflétait aussi ma timidité à montrer mon travail. Depuis il s’est écoulé plus d’un an et je me suis un peu affranchis de ce symbole que je trouvais trop systématique … et parfois un peu anxiogène. Je suis assez fan de toute l’esthétique de l’époque antique et des postures classiques, plus jeune j’ai passé pas mal de temps avec ma maman dans la salle des Caryatides au Louvre et inconsciemment ça m’a marqué. Mes dessins s’orientent donc de plus en plus vers cette thématique ! 

Les masques de Pierre Poux

 

 

Si tu pouvais voir l’univers d’un artiste en une collection de carte postale ou de timbres, qui choisirais-tu ?

Jamie Hewlett ! Que ce soit Tank Girl ou l’univers qu’il a créé autour de Gorillaz je trouve son univers tellement genial ! Ça a été un de mes premiers coup de cœur en illustration à l’adolescence !

  

Si tu devais entretenir une relation épistolaire avec une idole, ce serait qui ?

J’aimerai bien échanger des lettres surréalistes avec Bashung et Dalí, découper tous les mots, les mélanger, créer des cadavres exquis que Bashung réciterai pendant que Dalí et moi on les illustrerai sur des énormes toiles ; Gainsbourg s’occuperait de l’apéro*.

*Ah oui, on a dit qu’on parlerait de Gainsbourg,
on a pas dit que ce serait pour citer ses textes :)

 

 

Hoplites 02 / 03

 

 

Ton plus beau souvenir de voyage ?

Je dirai la fois où l’on a traversé la côte ouest des États-Unis en voiture avec mes parents et ma sœur. L’immensité des paysages, c’était magnifique et une mention spéciale pour le site de Antelope Canyon dans l’Arizona qui reste pour moi l’une des plus belle chose qu’il m’ait été donné de voir dans ma vie. Comme l’aurait dit Jacques Martin si il avait présenté Ushuaïa : « La Nature est formidable ! ».*

*Ça aurait fait un sacré bazar d’emmener à chaque fois tous les enfants
sur les bateaux de pêche mais bon, pourquoi pas…    

La destination, réelle ou fictive, pour ton prochain voyage ?

J’aimerai beaucoup faire les pays Nordique : Danemark, Finlande, Norvège mais j’attend d’avoir un peu plus de barbe pour me tenir chaud ! 
 

What’s wrong de Pierre Poux

 

On aime beaucoup l’image que tu as faite pour Terrible People, tu peux nous en parler un peu plus en détail ?  

Hé hé merci à vous ! :-)

Ce projet était vraiment cool, c’était la première fois que j’allais avoir mes illustrations publiées dans un magazine. La rubrique que je devais illustrer avait pour titre « what’s wrong ? », j’ai donc décider de partir sur deux scènes avec à chaque fois une dizaine de personnages. Le but était d’avoir une lecture de l’illustration en deux temps. Premier coup d’œil sur la scène : tout va bien, tous le monde souris, c’est festif. Puis en y regardant de plus prêt de s’apercevoir qu’en réalité tous les personnages se font des crasses entre eux : they are terrible people !

Quelle est la chose la plus timbrée que tu aies faite ?

J’ai volé une boîte de Smarties au Monoprix quand j’avais 8 ans.*

*Bandit de haut-vol

 

Hoplites 03 / 03

 

Parle nous de la série de timbres que tu as imaginée ?

J’ai imaginé cette série de timbre dans la continuité de l’esthétique de ma dernière expo solo « Luxe, Calme & Volupté ». De la ligne et des aplats ! C’était mon petit challenge de ces derniers mois, laisser de coté le crayon à papier et les effets de matières pour me concentrer sur des compositions plus épurées et des contrastes francs … et aussi me mettre doucement à la couleur ! J’ai pris le format des timbres comme contrainte, et j’ai imaginé trois personnages aux postures un peu recroqueviées comme si ils étaient contraints physiquement par les bords du timbres. Ça m’a donné pleins d’idées pour la suite !

 

Des nouveautés pour bientôt, une actualité dont tu voudrais parler ?

Début septembre j’ai sorti ma nouvelle expo solo « Luxe, Calme et Volupté » qui est resté exposé pendant un mois dans le superbe shop « Mauvais Genre » dans le centre de Nantes. J’ai aussi eu récemment le plaisir de faire une illustration pour la revue Pli à l’occasion de la sortie du 4e numero, c’était vraiment une belle collaboration ! Et là je bosse sur un gros projet d’expo pour l’année prochaine !   

la série Hoplites au grand complet

 

Retrouvez le travail de Pierre Poux sur son portfolio ou sur Instagram.

 


Retrouvez toutes
les Interviews timbrées
sur le blog


Faites un tour
sur la Boutique !