L'Interview timbrée - 06 - Sébastien Touache


Après avoir accueilli Steffie Brocoli il y a quelques semaines, nous voici de retour avec celui qui partage sa vie. Sébastien Touache est lui aussi illustrateur, mais aussi membre fondateur du collectif Jeanspezial et expert en explosifs... Il ne pouvait donc que nous concocter une très belle série de timbres !

 

La série des Paysages de Sébastien au grand complet


Ton “adresse” (fictive ou réelle) telle que tu aimerais la lire au dos d’une carte postale, par exemple :

Sébastien Touache, bibliothèque universelle et exhaustive des ouvrages illustrés en tout genre, 93170 Bagnolet. 

 

En vacances, pour donner des nouvelles à tes proches, t’es plutôt du genre à envoyer une carte postale ou un MMS ?

J’aime bien la carte postale pour sûr, tellement plus romantique qu’un mms tout froid. Mais dans la vraie vie, il faut bien reconnaitre qu’un mms c’est plus facile. C’est en partie ce qui le rend moins précieux. 

Ceci dit, j’ai pour ambitieux projet de me libérer des chaines de mon smartphone très prochainement, donc plus de mms pour moi. D’ici à envoyer une carte postale pour remplacer chaque smileys y’a de la marge :) 

 

Paysage rural, le premier des trois timbres de Sébastien

 

Te souviens-tu d'un courrier ou d'une carte qui a marqué ta vie ?

Oui, plusieurs courriers m’ont longtemps marqués, les lettres de correspondants étrangers au collège, des premières copines de vacances. Aussi, j’ai déménagé vachement souvent quand j’étais enfant, et à l’époque il n’y avait pas encore le net ni de téléphone portable. Les échanges par courrier étaient le seul moyen de rester en contact avec les copains. Puis fallait se bouger pour écrire ta lettre à la main, dessiner dans les marges, envoyer des photos de tes groupes préférés (découpées dans les magazines que du coup tu sacrifiais pour ton pote). Bref, on se donnait, on payait pas un timbre pour rien. Je dois avoir encore quelques vestiges de ces trésors quelque part chez mes parents. Si précieux souvenirs..

 

On a découvert ton travail il y a très longtemps, via JeanSpezial. Comment se passe les projets en collectif ? “vous êtes tous le chef” ?

* Comme le dit votre page Facebook

Oui c’est ça, avec JeanSpezial on a toujours eu la volonté d’avancer ensemble sans hiérarchie. Donc on est tous le chef, et tous les petites mains. C’est facile parce qu’avant de se lancer dans cette aventure on était déjà tous bons amis. Ça a même été le déclencheur. Facile aussi parce qu’on a jamais voulu faire de Jeanspezial notre gagne-pain. Ça reste une récré pour nous tous. Ça fait plus de 10 ans qu’on s’est lancé là dedans, sans rien en attendre de particulier. Juste passer du temps entre copains et peindre. On a tous évolué dans différentes directions, tous grandi aussi. Mais on prend toujours autant de plaisir à voyager et peindre ensemble quand l’occasion se présente. 

 

Morceaux choisis des peintures avec Jeanspezial et en solo

 

Si tu pouvais voir l’univers d’un artiste (contemporain ou passé) en une collection de carte postale, qui choisirais-tu ?

Je sais pas trop, en fait j’aime bien la ringardise de la carte postale de camping  je crois. Le dessin pourri avec le jeu de mot à deux balles ("En Normandie quand y’a des moules on a la frite", j’te laisse imaginer le visuel*), la photo super eighties d’une meuf en string dans les gorges du Tarn. Un truc hyper populaire et simple. Et drôle :) . À ce sujet, il faut que vous écoutiez l’émission de Yassine, anciennement « le gratin », devenu « studio articho », sur les cartes postales : ça se passe ici !

* Oui oui, cette image existe

 

Si tu devais entretenir une relation épistolaire avec une idole, ce serait qui ?

Faut déjà que je me trouve une idole, et puis après avoir des trucs intéressants à lui dire… Je crois que je préfère rester dans une représentation romantique de l’idole, un truc assez irrationnel, plutôt que d’échanger avec et, de fait, démystifier son image.

Donc j’aimerais bien ne pas entretenir de relation épistolaire avec… Hergé. Je suis particulièrement obsédé par son oeuvre en ce moment. Du fait de l’expo au Grand Palais bien sûr. Mais pas seulement. J’ai grandi avec Tintin, je n’aimais pas les lire, c’était vraiment une souffrance. Mais vingt-cinq ans plus tard je prend conscience à quel point l’oeuvre de Hergé m’a marqué.

Plutôt qu’une relation épistolaire avec lui je préférerai une semaine dans son atelier en sous-marin, pouvoir fouiller partout, tout observer sans que personne ne me voit. À ce propos je vous conseille vivement la lecture de RG, de Jochen Gerner* et Emmanuel Rabu, édité par l’Association.

* On ne peut que vous conseiller cette lecture,
et la découverte de l'univers de Jochen Gerner !

 

 

Paysage lunaire, le second des trois timbres de Sébastien. Un beau clin d'œil à Hergé !

 

Ton plus beau souvenir de voyage ?

Je voyage rarement seul, j’aime beaucoup partager ces moments de découvertes, avec les copains ou avec Steffie. Mais je dois bien dire que mes plus beaux souvenirs sont quand je me retrouve tout seul dans la nature et le silence. Y a un truc très exclusif. J’aime aussi associer l’effort physique à la découverte, la marche/course ou le vélo sont parfaits pour ça.

 

La destination, réelle ou fictive, pour le prochain ?

J’aimerais bien aller zoner en Amérique du sud prochainement. Sinon le dernier cool voyage que j’ai fait sur la Lune c’était avec Tom Gauld et son super livre Police Lunaire récemment sorti chez 2024.

 

Le merveilleux conte Une si petite noisette aux éditions des Fourmis Rouges

 

On est tombé amoureux d’Une si petite noisette, le livre de Sylvain Alzial que tu as magnifiquement illustré. Peux-tu nous parler un peu de ce joli projet ?

Merci pour vos mots sympas :) . Ça s’est fait très naturellement, Sylvain m’a appelé un jour pour me proposer un texte. On ne se connaissait pas, mais il aimait bien mon dessin et il avait dû voir mes images sur le net j’imagine. Il m’a mis le pied à l’étrier, m’a fait confiance. On a proposé le projet aux Fourmis Rouges (qui est vraiment une super maison). Je connaissais Valérie Cussaguet, l’éditrice, je savais qu’elle allait prendre soin du livre et soin de nous. 

 

Quelle est la chose la plus timbrée que tu aies faite ?

Une fois, avec mon frère, on a foutu le feu à une caravane à cause de pétards mamouth allumés en "chalumeau". Les initiés comprendront. Nos parents ont moyen apprécié. Depuis, je suis sage comme une image. 

 

Paysage urbain, le dernier timbre de Sébastien.

 

Parle nous de la série de timbres que tu as imaginé ?

J’ai imaginé trois timbres pour trois types de destinations différents. Nature, ville, et voyage dans l’espace (vous reconnaitrez d’ailleurs la fusée...).

 

Des nouveautés pour bientôt, une actualité dont tu voudrais parler ?

Oui, plein de nouveautés à venir pour ce premier semestre 2017. Comme je vous le disais plus haut, ma rencontre avec Sylvain a été déterminante dans mon parcours d’illustrateur jeunesse. On n’a pas voulu s’arrêter à Une si petite noisette. On a donc enchainé sur deux nouveaux projets de livre qui vont bientôt voir le jour.

Le premier, « le Coupable », sort début avril aux éditions du Rouergue. Olivier Douzou qui s’est occupé du livre au Rouergue, est une figure de l’édition jeunesse. Il nous a épaulé et a vraiment cru au livre dès le début. Il a largement contribué à nous tirer vers le haut.

Et puis un autre livre qui va sortir début juin aux Editions Sarbacane, Chapeau les singes !. Là encore une super équipe et un livre sur lequel j’ai pris vachement de plaisir à bosser.

 

Paysages, la série complète

 

À coté de ces livres qui me tiennent particulièrement à cœur, je continue de bosser avec mes potes sur des projets plus commerciaux, des campagnes de pub ou des événements avec des marques (j’ai bossé courant décembre avec Nicolas Barrome pour Adidas, autour de leur nouveau shop rue des Rosiers). J’aime pouvoir varier les plaisirs, passer d’un livre jeunesse à une campagne de pub avec les copains, peindre sur un mur puis faire des encres sur papier pour une expo. J’ai besoin de ça pour ne pas m’ennuyer, même si ça me perd un peu parfois. 

Sinon on se dit a peu près tous les jours avec Steffie qu’il faudrait qu’on fasse un livre ensemble, dessiné à 4 mains. Il faut qu’on trouve un prétexte mais ce serait trop bête de pas le faire...


Toutes les infos sur Sébastien Touache, ça se passe ici : 

Son compte instagram et la page des Jeanspezial !


L'Interview timbrée, c'est toutes les semaines sur maison-tangible.fr


Faites un tour sur la Boutique !