L'Interview Timbrée - 44 - Playground Paris

Valentin est un couteau-suisse coloré, un vrai touche-à-tout (même si on a plus le droit dire toutche-à-tout en 2018). Avec son studio, Playground Paris, il nous émerveille avec des images hyper colorées, puissantes, et parfois complètement zinzin (oui on a le droit de dire zinzin en 2018). Valentin a un pied à Paris (d’où le nom de son studio) et un autre à Amsterdam. Aujourd’hui, Valentin est dans l’interview Timbrée, et on a parlé skateboard, Cuba, et Francis Lalanne.

la série Words de Playground Paris

Ton “adresse” (fictive ou réelle) telle que tu aimerais la lire au dos d’une carte postale ?

Valentin Adam
Mesa (amarillo) frente al mar
Isla Oeste, Mexico

Mais sinon j’adore recevoir des trucs, écrivez-moi :)

Playground Paris
41 rue de Paradis 
75010 Paris

En vacances, pour donner des nouvelles à tes proches, t’es plutôt du genre à envoyer une carte postale ou un MMS (oui nous sommes vieux et on dit encore MMS) ?

J’ai écrit beaucoup de cartes postales, souvent juste une petite blague, des fois juste « bisous »… C’est toujours rigolo d’en recevoir une, donc si j’ai « le temps » je le fais toujours. Après, j’en achète beaucoup que j’écris et que je n’envoie jamais, qui traînent pendant des mois dans ma valise ou chez moi…

 

 

Words 01 / 03

 

Te souviens-tu d'un courrier ou d'une carte postale qui a marqué ta vie ?

Très jeune, autour de 7-8 ans j’imagine, en pleine période skate, j’ai écrit à World Industries* (aux États-Unis! Waouh!) une lettre pour demander des stickers. Je me rappelle avoir dessiné leur logo au feutre sur l’enveloppe, et que mon père m’avait aidé à chercher l’adresse pendant des jours… Plusieurs mois après, une lettre avec leur logo est arrivée, remplie d’énormes stickers, vraiment beaucoup, c’était incroyable… J’étais la star du village, haha !

*On a une grosse collec’ de stickers Blind
et W.I. si tu veux on fais du troc.


Parle nous de cette superbe identité que tu as imaginé pour les Inrocks Festival ? Comment se passe cette collaboration avec eux (qui dure depuis plusieurs années) ?

C’est ma première identité de festival (un autre mail qui me marquera d’ailleurs !), vraiment chouette de voir des affiches un peu partout… Mon interlocuteur à l’époque était vraiment cool, on discutait bien, ça se faisait vraiment au fur et à mesure et avec pas mal de liberté. Les teasers vidéo par exemple, j’avais toujours le son à utiliser maximum 48h avant, et comme j’aime bien caler tout visuellement et suivant le mood de la musique, c’était un vrai défi ! Ils ont aussi la volonté de changer chaque année, sans utiliser de logo ou de typo récurrente, ce qui est un vrai plaisir ! J’espère que ça va continuer !


La version 2017 de l’identité visuelle des Inrocks Festival

 

Si tu pouvais voir l’univers d’un artiste (contemporain ou passé) en une collection de carte postale, qui choisirais-tu ? 

Je crois que j’aurais peut-être envie de faire des collaborations bizarres… Mélanger les époques, les styles… Des suisses à la Müller-Brockmann avec des designers 3d, des grands peintres avec des scénographes…

Si tu devais entretenir une relation épistolaire avec une idole, ce serait qui ?

Francis Lalanne*, évidemment, qui d’autre ?

*C’est bon, on arrête de poser cette question, on a l’ultime réponse.

 

 

Words 02 / 03

 

 

Ton plus beau souvenir de voyage ?

Très cliché, mais la première fois aux États-Unis a été un vrai choc esthétique. Les devantures, les typos, les plaques d’immatriculation illustrées, l’Helvetica dans le métro, les néons des tailleurs, les fresques peintes, chaque élément de la vie quotidienne paraissant tellement plus beau, historiquement important, et installé dans tous les sens, c’était fou. 

La destination, réelle ou fictive, pour ton prochain voyage ?

Le prochain voyage réel serait Mexico ou Cuba, toujours pour cette histoire de dépaysement graphique… Dans les deux cas, les paysages sont remplis de motifs, de couleurs, de chill, de béton brut, de peinture vieillie…
 

Une expérimentation parmi tant d’autres de Valentin

 

Ton travail traverse plusieurs champ d’expérimentation, allant de l’animation au print, du branding à l’illustration. Comment passes-tu de l’un à l’autre, et comment imagines-tu des ponts entre eux ?  

Ce que j’ai toujours aimé dans ce métier (et le fait d’être indépendant) c’est de pouvoir passer d’un secteur à un autre, d’un média à un autre, d’un métier à un autre… L’impression de changer de discipline est super importante pour moi*, quand j’ai plusieurs projets de suite où on me demande la même chose j’essaye de poster des choses qui vont dans une autre direction exprès… C’est comme ça que je suis passé du print au web à l’animation à l’illustration… et maintenant je reviens sur la typo, immense passion depuis toujours mais que j’ai mis de côté récemment. Et au final, aujourd’hui, je m’amuse à mélanger un peu tout ça, remettre des lettres au milieu des personnages, réfléchir à une technique d’impression, qui va engendrer telle ou telle contrainte…

*On te rejoint sur ce luxe d’être maître de ses choix. Rien ne vaut ça !

Quelle est la chose la plus timbrée que tu aies faite ?

Dire oui à Moï-Moï quand ils m’ont proposé de faire une fresque de 35 mètres de long* alors que je n’en avais jamais fait ! Bon, on s’est débrouillés, ça s’est fait plutôt à l’arrache, sur 3 nuits quasi-complètes, et au final ça reste un souvenir très cool, avec en plus quelque chose qui est devenu un symbole de la ville et potentiellement amené à rester un peu…

*Valentin parle ici de sa fresque à Saint-Jean-de-Luz

Words 03 / 03

 

Parle-nous de la série de timbres que tu as imaginée ?

Le grand retour de ma passion typo! Ca m’a toujours fait rire de mettre un timbre « bisous » ou « love » sur une facture ou quelque chose de très sérieux… Ici les mots sont des prétextes, le but est de jouer sur la construction, montrer que la typo peut être fun et qu’on peut la construire assez simplement!

 

Des nouveautés pour bientôt, une actualité dont tu voudrais parler ?

Une mini exposition dans la galerie du Pop-Up-du-label (14 rue Abel, près de gare de Lyon, super bar avec super prog musicale) autour de la cigarette (pourquoi pas ?) avec un vernissage le vendredi 16 novembre (attention les yeux !), venez !

la série Words au grand complet

 

Retrouvez le travail de Playground Paris sur son compte Instagram et sur son portfolio.
Et si vous aimez son travail, vous pouvez vous offrir son affiche pour notre collection PIAFS !


Retrouvez toutes
les Interviews timbrées
sur le blog


Faites un tour
sur la Boutique !