Paul Cox

photographie ©  Paul Cox

 

« Dans sa peinture, dans ses livres ou dans ses travaux graphiques, Paul Cox construit souvent ses images à partir d’un vocabulaire limité. Pour lui, la contrainte est libératrice. Il aime l’utiliser comme règle du jeu, comme déclencheur pour se mettre à l’œuvre et faire des trouvailles. Elle fait songer au but visé par le poète Raymond Queneau qui, observant ses règles du jeu auto-imposées, cherchait à “ sortir de l’inspiration ”, confiant que la richesse des combinatoires lui permettrait peut-être de découvrir de nouvelles formes. »

citation extraite de la brochure de l’exposition Paul Cox, Jeu de construction

 

L'installation Aire de Jeu à Fotokino


« Je dessine tous les jours au moins deux heures, quoi qu’il se passe, et quel que soit le travail en cours, sans idée de profit direct . Ces études sont souvent sans rapport direct avec le travail qui m’occupe sur le moment, mais j’ai le sentiment qu’elles nourrissent tout ce que j’entreprends par ailleurs, dont elles forment la basse continue. J’ai observé au fil des ans que c’est dans ce travail quotidien que je trouve toutes inventions de formes, d’écritures, bref d’éléments plastiques, même si les travaux dans lesquels j’exploite ces trouvailles par la suite n’ont éventuellement plus aucun rapport formel repérable avec le motif qui les a inspirés. »

Voilà comment Paul Cox définit sa manière de travailler et c'est exactement ce que reflète l'édition que nous avons eu la chance de produire pour lui. 

 

Les affiches du Théâtre Dijon-Bourgogne

Le livre le plus court du monde - Éd. du Seuil

 

En co-production avec la galerie My Monkey (Nancy) et à l'occasion de l'exposition de Paul Cox, nous avons édité un recueil de ses dessins d'observation. Imprimé sur papier Munken Polar, au risograph et en sérigraphie à l'atelier, le livre fait 32 pages et a été édité à 100 exemplaires signés par l'artiste.

 

L'édition "Arbres" en vente sur notre boutique


Les objets graphiques de Paul Cox sur la boutique